Séquençage avec la méthode de Sanger

Séquencer de l'ADN, c'est obtenir sa séquence, c'est-à-dire savoir quelle est la suite des "lettres" qui compose l'ADN. Pour séquencer de l'ADN avec la méthode de Sanger, on aura besoin des ingrédients suivant:

  • de l'ADN à séquencer (évidemment), mais de l'ADN monocaténaire (1 seul brin)
  • des amorces marquée qui sont placés au début des brin à séquencer
  • de l'ADN polymérase (le truc qui sert à la réplication)
  • des nucléotides (A, C, T, G)
  • des didésoxynucléotides (ddA, ddC, ddT, ddG)

J'en vois déjà qui paniquent : les didésoxynucléotides, c'est comme les nucléotides, sauf qu'ils sont mal foutu. Ils ont la particularité d'arrêter la réplication de l'ADN, un peu comme ça:

Effet d’un didésoxynucléotide sur l’ADN polymérase (il est vexé)

Donc maintenant, si on prend notre ADN, des nucléotides, de l'ADN polymérase et une seule sorte de didésoxynucléotides, qu'on met le tout dans une éprouvette et qu'on secoue bien en faisant des mouvements de samba, on va avoir plein de morceau de différentes longueurs, avec chaque fois en bout de chaine un didésoxynuclétide d'un seul type, car celui-ci remplace le "bon" nucléotide de manière aléatoire au brin durant la réplication.

Des brins

On répète la même opération avec les quatre bases, et après on classe tous ces brins mal foutu par didésoxytruc ajouté et par longueur (ou poids), en faisant une électrophorèse par exemple. À partir de ça on peut très facilement extrapoler la séquence.
Electrophorèse du truc - Note: le brin codant sera donc atctagttcc (lire à l’envers, puis remplacer par la base complémentaire)

Soumettre un commentaire