Les matheux ont aussi de l’humour

Le Gène Égoiste, page 400, note sur un modèle mathématique sur le comportement d'un couple sexué:

La démonstration de Schuster et Sigmund ne laisse rien d'autre à dire « En résumé, nous pouvons alors tirer deux conclusions: a) que la bataille des sexes a beaucoup de points communs avec la prédaction; et b) que le comportement des amants oscille comme la lune et est imprévisible comme le temps. Évidemment, les gens n'ont pas eu besoin d'équations différentielles pour remarquer tout cela.»

C'est affreusement joli :) .

Soumettre un commentaire